jeudi 13 novembre 2014

Hommes à la mer par Riff Reb's

A – Résumé du livre et présentation de la bande dessinée
Dernier opus de la trilogie maritime contée et mise en scène par Riff Reb’s, ce recueil offre huit adaptations – graphiquement spectaculaires – d’histoires noires et poétiques !
Un sourire (10 pages),
d’après Joseph Conrad ;
Les Chevaux marins (16 pages) et Le Dernier Voyage du Shamraken
(8 pages),
d’après William Hope Hodgson ;
La Chiourme (10 pages) et Le Grand Sud (6 pages),
d’après Pierre Mac Orlan ;
Une descente dans le maelström (14 pages),
d’après Edgar Allan Poe ;
Les Trois Gabelous (12 pages),
d’après Marcel Schwob ;
Le Naufrage (6 pages),
d’après Robert Louis Stevenson.

Ces huit récits seront, eux-mêmes, entrecoupés par sept doubles pages dédiées à des extraits de grands textes illustrés (L’Odyssée d’Homère ; Kernok le pirate d’Eugène Sue ; Malgorn le baleinier d’Émile Condroyer ; Le Vaisseau des morts de Traven ; Un typhon de Jack London ; Les Travailleurs de la mer de Victor Hugo ainsi que Le Sphinx des glaces de Jules Vernes).

Un dernier opus littéraire, riche et poétique magistralement réalisé !


120 pages couleurs
Format : 201 x 283 cm
Prix de vente : 17,95 €
Quelques planches...

Disponible sur :




À l’occasion des fêtes de fin d’année et de la parution de Hommes à la mer, immergez-vous au coeur d’une trilogie littéraire, sombre et poétique spectaculairement mise en scène par Riff Reb’s, un auteur reconnu et multi-récompensé.

Tel un coffre au trésor, ce superbe écrin renferme en son sein les trois albums parus : À bord de l’Étoile Matutine, Le Loup des mers et Hommes à la mer.



3 albums de 120, 136 et 120 pages
Format : 201 x 283 cm
Prix de vente : 54,95 €

Disponible sur :



C – Entretien avec Riff Reb’s
Après vous être emparé de deux grands récits – l’un de Pierre-Mac Orlan, l’autre de Jack London – quels ont été les rouages
de réflexion qui vous ont incité à donner vie à ce recueil de nouvelles ?

C’est que, tout simplement, je n’ai pas trouvé dans mes lectures sur ce thème un récit complet, adaptable à mes yeux, qui puisse rivaliser avec les deux premiers. Pensant ne pouvoir faire aussi bien, j’ai donc choisi de faire différent. Aussi, comme l’idée de trilogie était là à ce moment, je trouvais plaisant de faire du dernier volume une sorte de petit tour d’horizon d’auteurs que j’admire et de différents types de relations entre l’homme et la mer.

Quels ont été vos critères pour déterminer l’ordre d’enchaînement de ces nouvelles ? Et que souhaitiez-vous ainsi prodiguer aux lecteurs ?
Comme vous l’avez compris, il ne s’agit pas de planches publiées à droite et à gauche, et rassemblées ici au hasard. J’ai donc passé du temps à organiser ce puzzle dans l’espoir qu’elles s’imbriquent toutes d’une façon cohérente mais variée. Ce sont d’abord des critères rythmiques sur la longueur des récits, puis sur leur type de contenu qui m’ont guidé. Ceci étant, chaque lecteur fera le voyage à sa manière, il peut tout aussi bien les lire dans le désordre.
Je n’ai pas de prétention de ce point de vue, je me contente du rôle d’orchestrateur.

vendredi 26 septembre 2014

Événement à la Médiathèque et Salon Kerchache du Quai Branly !

C’était il y a une semaine, découvrez en images la rencontre autour du roman de Joseph Conrad,
Au cœur des ténèbres, avec Stéphane Michaka, adaptateur pour France Culture et Stéphane Miquel.

Le montage photographique des plafonds du salon de lecture Jacques Kerchache a été conçu
par l’agence AJN et réalisé grâce au mécénat de Martine et Bruno Roger/Statues ibo,
dons de Anne et Jacques Kerchache.






Photos prises au salon de lecture Jacques Kerchache
© Musée du Quai Branly / Julien Brachhammer.

mercredi 17 septembre 2014

Gani Jakupi dans Culture T !



(Début de la chronique à 22:20)

Émission diffusée le 23 mai 2014